LA BATAILLE DE L'ATLANTIQUE

49603

GLENAT

9782344057964

La plus longue des batailles de la Seconde Guerre mondiale
La bataille de lAtlantique fut, de septembre 1939 à mai 1945, la plus longue des batailles de toute la Seconde Guerre mondiale. Elle fut et demeure aussi la moins connue. Pas de ruines lors des bombardements, pas de tombes sommaires pour les marins, pas de destructions apparentes, pas de stigmates. Seulement locéan. Un océan...
Lire la suite

39.95€ TTC

5.5%

A paraître

Se connecter à Mon Espace Pro pour commander !

  • Envoyer à un contact

    Destinatire :

    * Champs obligatoires

    Annuler ou 


    • 20 000 Références
    • Livraisons en 24/48h
    • Service client à votre écoute

    Caractéristiques

    Descriptif

    Caractéristiques

    Date de parution 03/05/2023
    Editeur GLENAT
    Collection HISTOIRE
    Type BEAU LIVRE
    Famille HISTOIRE
    Réf Cartothèque 49603
    Rayon HISTOIRE
    Largeur 24 cm
    Hauteur 32 cm

    Descriptif

    La plus longue des batailles de la Seconde Guerre mondiale
    La bataille de lAtlantique fut, de septembre 1939 à mai 1945, la plus longue des batailles de toute la Seconde Guerre mondiale. Elle fut et demeure aussi la moins connue. Pas de ruines lors des bombardements, pas de tombes sommaires pour les marins, pas de destructions apparentes, pas de stigmates. Seulement locéan. Un océan Atlantique qui fut lun des enjeux majeurs de la guerre, pour les deux adversaires. Sa domination était, pour lAxe comme pour les Alliés, une condition nécessaire à la victoire. Ils en étaient conscients. Dès 1939, Churchill mit tout en oeuvre pour maintenir ouvertes toutes les routes maritimes qui permettaient au Royaume-Uni de demeurer dans la guerre et à la population britannique de survivre en étant ravitaillée et simplement nourrie. Et, pendant plus de deux ans, la marine bri-tannique, de guerre comme de commerce, souffrit. Les sous-marins allemands, les fameux U-Boote, mais aussi leurs navires-corsaires coulèrent les navires britanniques et alliés par centaines. Mais, à la différence des Britanniques, la majorité des dirigeants alle-mands, Hitler en tête, rechignaient à accorder la priorité à la guerre navale. Lorsquils com-prirent leur erreur, il était trop tard. Les sous-mariniers allemands, aussi hardis fussent-ils, avaient été dépassés par la puissance des chantiers navals américains et britanniques, par les progrès rapides de leur technologie et la hardiesse, comparable à la leur, des marins alliés. Au milieu de lannée 1943, la pente de la victoire sur mer commença à pencher en faveur des Alliés, grâce aux Liberty ship qui apportaient sur le sol britannique les hommes, les armes et le matériel sans lesquels les débarquements en Afrique du Nord puis en Normandie auraient été impossibles. Cest ainsi que, sur lun des plus grands champs de bataille de la guerre, locéan Atlantique, depuis les rives de lIslande jusquaux îles Falklands, fut livrée, pendant presque six ans, lune des plus grandes batailles de la Deuxième guerre mondiale.

    Du même éditeur